La première fois que j'ai mangé du Fudge, j'ai trouvé cela écoeurant. C'était dans un célèbre parc d'animations américain, (en France quand même hein lol). Il y avait du biscuit, du caramel et une grosse épaisseur de fudge par dessus. Je n'ai pas accroché.

Il y a quelques temps, Fistond'Amour m'a demandé de lui faire des caramels maison... heu... comment dire mon fils... tu m'as pris pour un confiseur ?... Bon, j'ai quand même fait quelques recherches et je suis tombée sur une recette qui m'a donné l'eau à la bouche. Il FALLAIT que je la teste. Il m'a fallu plusieurs essais pour obtenir un résultat qui me plaisait et surtout, me munir d'un thermomètre de cuisine qui est résolument indispensable pour réussir un fudge excellent.

Les ingrédients : 

1 boite de lait concentré sucré (397g)
250g de sucre roux 
80g de beurre doux 
75g de sirop de glucose (indispensable !). 
1 càc d'extrait de vanille liquide

 Dans une casserole à fond épais, mélangez tous les ingrédients à feu doux.

fudge

Une fois qu'ils sont fondu et que le mélange est homogène, montez doucement la température. Il est important de ne jamais cessé de remuer avec une spatule en bois. Le mélange va avoir tendance à accrocher, même si vous avez un revêtement en teflon et à former un caramel plus ou moins solide. Ce que nous ne souhaitons pas. Donc Très important de mélanger tout le temps !

fudge-2

Votre thermomètre de cuisine passe à l'action en restant à demeure dans votre casserole. Vous devez atteindre 115°C. Les premières fois je devais être trop impatiente, je me suis contentée de 110°C... mon fudge n'a jamais pris. Il est resté liquide et impossible à utiliser tel quel. Donc il est vraiment indispensable d'atteindre les 115°C. Cela peut prendre du temps, vous l'aurez compris. Le mélange va bouillonner un peu mais si vous persévérez en remuant sans cesse, vous finirez par atteindre la bonne température. Vous pouvez aussi augmenter un peu la température de chauffe. 

fudge-3

fudge-4

Vous avez enfin les 115°C ? Parfait, retirez la casserole du feu et continuez de mélanger énergiquement. Versez la préparation ensuite assez rapidement dans le bol mélangeur de votre robot avec la feuille K (pas le fouet ni le crochet à pâte). Laissez alors le robot travailler à petite vitesse. Le mélange va refroidir doucement, les molécules vont s'amalgamer et se transformer gentiment.

fudge-5

Là aussi, il vous faudra être patiente. La pâte est très liquide et brillante. En refroidissant elle devient de plus en plus compacte et mat. 

fudge-6

fudge-7

Vous voyez sur la photo juste au dessus , la pâtre à fudge commence doucement à "prendre"...Durant ce temps, vous allez pouvoir recouvrir de papier cuisson un plat ou un moule. Pas trop long ni large. Le moule que j'utilise fait 21cm x 19cm. Pour cette quantité totale de produit, c'est largement suffisant. Plus grand, vous auriez un fudge très plat. Un peu épais, c'est plus gourmand :p

fudge-8

fudge-9

fudge-10

 

fudge-11

 Vous observez comme la pâte à fudge est devenue mate ? c'est le moment d'arrêter le robot et de transférer la pâte de suite dans le moule prévu à cet effet. N'attendez pas, la solidification ne traîne pas une fois que la température est bien descendue.

fudge-12

fudge-13

 Répartissez bien la pâte à fudge dans le moule avec une spatule en plastique (plus facile, ça accroche moins)

fudge-14

 Quand la pâte est complètement froide, vous la couvrez de papier cuisson et laisser reposer le tout au frigo une douzaine d'heures. 

fudge-15

 fudge-16

Le lendemain, vous allez réaliser vos fudges : le papier cuisson se décolle très facilement. Avec un grand couteau découpez des bandes de 2cm de large dans un sens et de 1cm dans l'autre sens. Plus gros, les bouchées sont moins appétissantes... mais faites selon votre gourmandise...Et régalez vous !

fudge-17

fudge-18

J'aimerais vous dire que le temps de conservation est d'environ 5-7 jours.... mais honnêtement nos fudges n'ont jamais dépassés 4 jours... Ils ont tellement bons qu'ils ont une certaine facilité à disparaître ! lol

Vous pouvez les stocker entre des feuilles de papier cuisson, dans une boite en fer (idéale !) ou en plastique.